QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
Allemagne - 2017 - longueur : ~2.700 m - ,

Brabus Ultimate 125

Ultimate Fight

- post du 26 Mai 2019 -

Et voilà, c’est acté depuis peu : Smart ne produira plus que des versions électriques en Europe à partir de 2020. Certes ça semble finalement logique pour un marché uniquement citadin, mais pour un vieux dinosaure comme moi, ça fait un peu mal à entendre (ou lire), snif. Donc aujourd’hui on va se lâcher avec une version thermique, et bien extrême de la petite Fortwo. Vous connaissez Brabus, le « tuner/constructeur » allemand spécialiste du groupe Mercedes (et Tesla) ? On va dire que oui. Et si Daimler s’en sert officiellement pour préparer et nommer ses Smart un peu plus viriles, de temps en temps, le groupe de la banlieue de Düsseldorf s’occupe lui-même de la petite voiture des villes et cela donne les séries « Ultimate ». Voyons celle qui sera très probablement le dernier petit monstre thermique sur base Fortwo : la Brabus Ultimate 125 de 2017.

La Smart de 3ème génération avec sa tête plate de carlin sous extasie se prête à merveille au traitement Ultimate. On remarque immédiatement que la calandre (inutile vu que le moteur est derrière…) noire troque son gentil logo par le gros B de Brabus, les ailes sont bien élargies ce qui muscle la bestiole, et le bas du bouclier retravaillé pose l’allemande au sol. De dos, on est globalement plus proche d’une Fortwo presque normale, mais là encore, les hanches sont bien plus larges et surtout le nouveau diffuseur regroupant en son centre une triple sortie d’échappement donnent un indice sur la présence d’une auto hors-normes. Mais c’est de profil que l’Ultimate 125 surprend/amuse (rayer la mention inutile) le plus avec le kit carrosserie (nommé Widestar) qui comprend également des bas de caisse spécifiques, et surtout avec les immenses jantes 18″ aux quatre coins, on a d’ailleurs un peu l’impression qu’il y a autant de roues que de carrosserie dans cette voiture :) Les proportions sont extrêmes avec le plus d’Ultimate dans le minimum de longueur. La voiture est dévoilée dans un bleu digne de la plus flashy des Lamborghini, mais bien entendu les coloris sont au choix des fortunés clients, même s’il y aura toujours l’inscription Ultimate 125 sur la portière. Ces derniers ont également le choix entre le coupé et le cabriolet, mais vu les tarifs et les destinations (voir la conclusion), je n’ai pas vu une seule version fermée sur la toile.

Dans l’habitacle, il ne faut pas se leurrer, la Brabus garde les caractéristiques d’une Smart Fortwo : stricte 2 places et volume de coffre très optimiste de 260l (surtout pour les cabriolets…). Mais cette configuration n’empêche pas de rendre le tout bien plus luxueux qu’à l’accoutumée. Déjà, il n’y a pas de liste d’option à cocher, tous les équipements sont présents de série, bon point. Ensuite, malgré quelques plastiques cheaps qui restent présents, il y a une partie vraiment agréable pour tout ce qui concerne le travail sur la sellerie : le dessus de la planche de bord est moussé et accordé aux contres-porte, et bien entendu aux sièges baquets confortables et brodés sur l’appuie-tête du B. Il est également sympathique de voir la plaque numérotée de la série, limitée à 125 exemplaire, d’où le nom. Le volant est identique à celui d’une Smart Brabus, mais habillé pour coller aux couleurs choisies par l’acheteur, et bizarrement c’est en centre qu’il reste le seul logo Smart de toute l’auto. Après il y aussi une partie un peu plus bling-bling-kéké, avec une profusion de « Ultimate 125 », que ce soit sur le frein à main ou le levier de vitesse par exemple, et on a également droit à un seuil de porte et un repose pied à la signature Brabus lumineuse… si si !

Pour la partie technique, bien évidemment la formule propulsion moteur arrière est conservée, et c’est même le petit 3 cylindres Turbo de 898cc, alias le TCE bien connu de la Twingo qui est à sa place habituelle. S’il développe normalement 90ch, ou 110 dans la version « finition » Brabus, avec un recalibrage de l’ECU, un meilleur échangeur d’air, et un nouveau système d’admission, il atteint ici 125 ch (encore d’où le nom) et 200 Nm de couple ! Le tout est accouplé à la boite automatique à double-embrayage EDC6 avec mode manuel et palettes au volant. Le 0 à 100 se fait en 9,2s et la vitesse maximale auto-limitée est de 175 km/h, au dessus il est fort probable que l’Ultimate s’envole ;) L’échappement sport possède un contrôle des valves via un petit bouton vers le levier de vitesse pour passer du mode « Quiet » au « Loud » et faire rugir la bombinette. Les 975 kg de la Smart sont collés au sol par la suspension sport rabaissée et raffermie, et les larges pneus en 205/35/18 à l’avant et 235/30/18 à l’arrière !

Pour conclure, sachez que les 125 Brabus Ultimate 125 (125 ch et 125 exemplaires donc) ont toutes rapidement trouvé preneur que ce soit vers Monaco, à Londres ou au Moyent-Orient, enfin là où l’on peut débourser plus ou moins 53 000 € pour une « Smart » (prix du cabrio en 2017). La petite bête est vite devenue un collector et les prix sont aujourd’hui les mêmes : j’ai vu ce matin une Ultimate 125 sur La Centrale avec 7800 km au compteur, gris anthracite mat, intérieur rouge, en vente dans le 06 pour 49 990 €… Le prix de l’exclusivité, encore une fois !

Brabus Ultimate 125

Voici la Brabus Ultimate 125, qui troque son logo Smart pour celui du préparateur. Une véritable petite bête !

Commentaires

Commenter ou répondre