QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
Etats-Unis - 1976-1978 - longueur : 4.031 m - ,

Chevrolet Chevette Phase I

La Sub-Compact par excellence

- post du 6 Mai 2015 -

Tout le monde le sait, les constructeurs Américains tombent de haut en 74, avec leurs gros V8 gloutons VS la crise pétrolière… Alors pour lutter contre les imports notamment Japonais, ils sortent des modèles plus petits et plus économiques pour tenter de relancer la machine. La voiture du jour est une « sub-compact » comme on les appelle là-bas sortie en 1976 et légèrement restylée en 78, mais je ne m’intéresse qu’aux premiers modèles plus sobres esthétiquement. Il s’agit de la petite Chevrolet Chevette, 3 portes à hayon.

La ligne de la Chevy est très sympa, avec un look presque à l’Européenne, d’ailleurs elle utilise la plateforme internationale T-Body, d’où certaines ressemblances avec d’autres modèles comme la Kadett C dans les proportions tout du moins. De face elle a sa propre personnalité avec ses optiques rondes encastrées dans des carrés, et cette calandre en 4 espaces horizontaux assez harmonieux pour la gamme de véhicule. De profil, les proportions sont excellentes pour une 3 portes compacte, et sans fioritures, de l’élégance simple. Suivant les finitions vous pouvez avoir plus ou moins de chrome, voir pas du tout en version d’appel Scooter où les pare-choc sont peints. La version Woody se pare de faux bois sur les côtés typiquement seventies :) Quant à la Rallye, elle joue les fausses sportives avec une petite bande basse marquée 1.6 Rallye… L’arrière ? le grand hayon largement vitré laisse amplement entrer la lumière et les petits feux fins et horizontaux sont plutôt agréables à regarder, j’aime assez.

L’habitacle est à l’Américaine, assise moelleuse, et plastoque à gogo. Il y a tout de même un pseudo-ordinateur de bord, et un équipement largement suffisant, à condition de choisir la bonne version et de cocher les options adéquates… Bonne nouvelle, l’insonorisation est particulièrement travaillée. Alors bien-sûr il y a la fameuse Scooter, qui en 76 propose la banquette arrière en option, sans équipement ou presque. Bizarrement en 77, la banquette revient et c’est le fait de l’enlever qui devient une option… comprends pas… Bref, sinon pour le top de la finition intérieure, c’est la Woody qu’il vous faut, et avec leurs hayons toutes les Chevette sont pratiques et proposent un coffre convenable.

Pour la partie technique, comme nous le savons elle utilise la plateforme T-Body internationale mais cette dernière est retraitée pour une meilleure résistance à la rouille. La structure est simple, moteur avant et propulsion, du très classique ! Ce n’est pas un châssis ni un équipement de compèt’, mais il y a tout de même des disques à l’avant ainsi qu’une barre stabilisatrice. Le moteur de base est un 4 cylindres 1.4l de 52 ch en 76 et 57 l’année suivante. Si vous prenez le pack Rallye, vous avez un démoniaque 1.6l de 60 ch puis 63… mais aussi une barre stabilisatrice à l’arrière, c’est mieux que rien. Dans tous les cas, la transmission se fait via une boite 4 manuelle, ou un 3 rapports auto en option. Comme toutes les Américaines de cette époque, le plaisir de conduite n’est pas son fort, elle se contente de vous emmener d’un point A à un point B sans poser de soucis et de la manière la plus économique possible.

Personnellement j’aime bien cette petite Chevette, elle ne ressemble pas vraiment à une Chevrolet mais a sa propre personnalité. Les modèles à partir de 78 avec la calandre « grille » m’attirent beaucoup moins et ça ne va pas en s’arrangeant jusqu’à la fin du modèle en 87… En tout cas, comme on a eu droit à de beaux customs Vega V8, j’imagine assez facilement ce qu’une Chevette bien préparée pourrait donner…

Chevrolet Chevette Phase I

La petite Chevette, entrée de gamme Chevy après la crise du pétrolière

Commentaires

Commenter ou répondre