QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
Italie - 2015-2016 - longueur : ~3.999 m - ,

Citroën C3 MAX

Voyage en Italie

- post du 26 Avr 2016 -

Une Citroën C3 de course, ça n’existe pas. Voilà une pensée bien arrêtée cher lecteur, et totalement fausse qui plus est ! Certes, la marque aux chevrons met depuis des années en avant sa DS3 via le WRC, mais il faut parfois regarder ailleurs. De l’autre côté des Alpes. Dans le championnat qu’on appelle localement Campionato Italiano Turismo Endurance et qui sillonne les divers circuits transalpins. Là, en catégorie 2A (deuxième division), roule une petite bombe préparée par Procar Motorsport, avec le soutien officiel de Citroën Italie, et sous pavillon de l’écurie 2T Course et Réglage : c’est la Citroën C3 MAX.

Esthétiquement, la C3 MAX est surprenante. La petite Citroën « civile » n’est pas désagréable à l’œil, loin de là, mais voir comment cette paisible citadine peut être transformée en véritable bête de circuits est assez hallucinant. Les voies sont élargies, la face avant racle désormais l’asphalte pendant que l’aération la plus grande du monde ouvre le bouclier. Si les phares et la calandre sont bien ceux de la Citroën version restylée, on trouve également des entrées d’air multiples sur le capot. Latéralement, la C3 reprend ses marques, certes elle est basse et magnifiquement décorée aux couleurs de l’Italie, mais les 5 portes et le dessin de la carrosserie est intact… si bien sur on fait abstraction de l’énorme aileron surplombant le hayon. De dos, passé cet appendice, les feux traditionnels sont là, et l’échappement racing sort « gentiment » du diffuseur. Du beau travail, une vraie petite bombe, toute ronde mais agressive à souhait.

Bon, comme d’hab dans les voiture de course, un tout petit mot sur l’habitacle : il est tout nu ! :D Un unique baquet Sparco entouré d’un arceau valide FIA fabriqué par Procar, se retrouve face au volant, avec les palettes de changement de vitesse, et un combiné digital juste derrière, dans une planche de bord complètement vidée. En lieu et place du frein à main se trouve une box, avec tous les boutons nécessaires aux différentes fonctions de la voiture pendant la course.

Techniquement, Procar transfigure la sage petite C3. Tout d’abord la carrosserie est tellement vidée et allégée qu’on doit ensuite lester l’auto pour qu’elle atteigne les 940 kg minimums :) Pour le moteur, nos amis Italiens se servent dans la banque d’organes maison, et poussent un « gentil » 1.6 THP jusqu’à 230 ch, de quoi donner du fil à retordre aux autres compétiteurs de la catégorie 2A. La boite est une 6 rapports séquentielle avec palettes au volant et envoie la puissance aux roues avant, bien entendu. Pour que la C3 reste sur la piste, elle emploie les trains-roulants de la DS3 R3, avec des suspensions de chez Ohlins et un freinage complet AP Racing.

Terminons d’abord par les résultats de cette petite Franco-Italienne : en 2015, la première C3 termine 14e au général, et l’équipe 2T fait 2 et 3 dans sa catégorie. Normalement la C3 sera encore là en 2016 avec face à elle des petites MiTo et Abarth. Mais on ne peut pas non plus passer outre le fait que la C3 arrive en fin de carrière, et que c’est bien sa remplaçante que l’on voit en ce moment, camouflée, faire des essais en vue de son arrivée en WRC en 2017. Citroën revient en course, et sans DS s’il vous plait.

Citroën C3 MAX

Il n'y a pas que la DS3 dans la vie, en Italie on exploite la C3 sur la piste !

Commentaires

Commenter ou répondre