QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
Roumanie - 1985-1990 - longueur : 2.950 m - ,

Dacia 500 Lastun

Nu ma, nu ma iei...

- post du 17 Août 2018 -

Au début des années 80 (♫ je me souviens des soirées ♫…) ce bon vieux Ceaușescu, dictateur communiste Roumain modestement auto-surnommé « génie des Carpates », décide que son pays doit avoir sa propre petite citadine économique. Le cahier des charges est le suivant : capacité de transport pour une famille de 4 personnes, atteindre une vitesse maxi de 70 Km/h, et consommer à peu près 2 à 3 l d’essence pour 100 km. Logiquement (et sans avoir le choix) c’est Dacia qui s’y colle via l’entreprise Tehnometal qui s’occupe de tout. Présentée en 1985 dans sa version définitive, ce n’est qu’en 1989 que les Roumains peuvent enfin acheter la petite Dacia 500, surnommée Lastun (Hirondelle dans sa langue maternelle).

Nos amis de l’Est dessinent une toute petite voiture de moins de 3 mètres, dont le style est profondément eighties et sans éclat. C’est une bicorps à hayon avec un tout petit capot avant et une cellule habitable simple et cubique. Le tout manque tout simplement d’équilibre avec la tendance naturelle de la voiture à s’affaisser sur l’arrière, et l’allure pas aidée par ses passages de roue plats. Latéralement, on peut également relever l’absence de poignées de portières, avec une simple fente dans la carrosserie, et également les « magnifiques » jantes en tôle 12 pouces… A l’avant, on note d’abord l’ajustement des éléments peu précis, et niveau design, si aux extrémités les gros clignos oranges sont laids mais traditionnels, les optiques sont un peu étranges. en effet, malgré leur dessin polygonal, il y a comme l’impression qu’à l’intérieur le phare est rond, le tout donnant un aspect « Carrond » aux « yeux » de l’hirondelle. La calandre pas franchement reluisante présente 4 lamelles d’aération. Pas grand chose à dire sur la face arrière, à part le hayon et les deux petits feux proches de ceux d’une Citroën LN, rien de spécial… La 500 est stylisée trop vite, car le dictateur est trop pressé, et ça se voit immédiatement. Un point positif : la carrosserie est en matériaux composites et ne rouille donc pas, c’est déjà ça.

Pour l’habitacle, le chapitre va être assez court… La Lastun se présente sous la forme d’une 2 + 2 places dont celles de l’arrière se replient pour offrir un coffre lors ce que c’est nécessaire. L’habitabilité est plutôt bonne, à 2 donc, ou à 4 sans bagages, mais c’est tout. La finition est à l’agonie, avec des matériaux tous plus bas de gamme les uns que les autres et un ajustement à faire rigoler même les pires Italiennes des seventies. Pour l’équipement, ou les options, ne cherchez pas, il n’y a rien, le chauffage basique des premières Mini passe pour du luxe à côté de la petite Roumaine. Stoppons-là le massacre, la Dacia est moche et vide, je crois qu’on a compris :D

Passons à la partie technique. Pour faire battre les ailes de la petite hirondelle, traction à moteur avant, Dacia produit un nouveau bi-cylindre 499cc refroidi par air, développant l’extraordinaire puissance de 22,5ch (ne pas oublier le « ,5 » !!!), couplé à une boite manuelle à 4 rapports, très proche de celle de la Trabant. Avec ceci, la 500 abat le 0 à 100 en 45s et atteint la vitesse maximale de 106 km/h très exactement. Je me moque un peu, mais c’est grâce à cette motorisation, adaptée à la vocation urbaine de la petite Roumaine, et au poids restreint de 590 kg que la consommation est officiellement de 3,3 litres pour 100 km (quand la carburation ne connait pas de pannes car là ça monte à 9l…). Si on la conduit sagement, la Dacia ne fait pas trop de vagues, mais attention aux excès d’optimisme (si si, c’est possible), car poids plume + empattement réduit + roues de 12 pouces + freins à tambours aux 4 coins = comportement routier à prendre avec des grosses pincettes, CQFD.

Pour conclure, les ventes de la Dacia 500 Lastun sont un échec total, avec une production seulement lancée en 89 et à peine 6 532 unités sortant des chaines de l’usine de Timisoara. Le blocage du gouvernement sur l’utilisation de pièces d’importation, fait que l’hirondelle est vite réputée pour sa fiabilité médiocre et sa finition au rabais. Le peuple lui préfère les « grosses » Renault 12 rebadgées et la citadine s’écrase en plein vol début 91. Aujourd’hui, même la plupart de la Roumanie l’a oublié, mais pas Small Cars ;)

Dacia 500 Lastun

Voici la Dacia 500 Lastun, vous ne connaissez pas ? C'est normal, pas mal de Roumains non plus !

Commentaires

Commenter ou répondre