QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
Italie - 1980-1984 - longueur : 3.408 m - ,

Fiat Panda

La voiture à malices

- post du 15 Août 2016 -

En 1978, Fiat reprend en main un projet de Giugiaro rejeté par Renault, celui d’une petite citadine moderne, simple, fiable et pratique. L’auto apparaît en concession 2 ans plus tard, vous l’aurez devinez; c’est la Fiat Panda première du nom, futur succès mondial à la carrière phénoménale de 23 ans… Dans cet article on va se concentrer sur les versions du lancement, à calandres asymétriques qui sont en terme de style mes préférées et représentent le trait original de Giugiaro. Voici les Fiat Panda 30 (principalement pour l’Italie), 34(pour le reste de l’Europe) et 45.

Tout le monde connait la touche Giugiaro de cette époque, c’est un grand fan de la règle :) Pour la Panda le maitre-mot est la simplicité, donc reportons-nous aux dessins d’enfants. Pour représenter une auto, il y a deux écoles chez nos marmots : ceux qui font une petite boule style Corsa B ou Twingo, et ceux qui font du carré, du « boxy » design, comme notre Fiat ici présente. Le but est d’aller à l’essentiel, et d’optimiser l’espace au maximum, soit quelque-chose de très moderne en 1980, une citadine 2 volumes aux formes rectilignes, avec 3 portes dont un hayon arrière. Cela n’empêche pas quelques effets de style sur la petite Panda comme les grands boucliers en plastiques continués par une protection latérale qui donne un aspect bicolore à l’auto, ou encore le passage de roue avant marqué alors que celui de l’arrière est « inexistant ». L’autre point majeur, c’est la calandre asymétrique, avec une partie pleine comprenant le logo et une partie à aérations verticales soit à gauche sur la version bicylindre 30, soit à droite sur les autres. C’est cette partie, avec les petits phares carrés qui, selon moi, créé le style de cette Panda. L’arrière est lui très simple avec des petits feux verticaux très sobres. Après 1984, toutes les versions adoptent la calandre de la Super 45, plus représentative de la gamme Fiat, mais beaucoup moins de l’origine Giugiaro du dessin.

A l’intérieur de la petite Panda, il y a de la place pour tout le monde grâce à sa fameuse forme de boite et la visibilité due aux grandes vitres est un vrai plus. Pour le reste il faut prendre en compte que l’auto est une voiture pas chère qui s’adresse à une clientèle peu aisée. Ainsi la carrosserie est apparente quasiment partout, l’insonorisation est inexistante, tout comme l’équipement. On est dans l’ultra-minimaliste et seul un combiné d’instrumentation rustique et rectangulaire fait face au conducteur. A défaut de luxe, la Panda est pratique, ainsi tous les tissus sont déhoussables pour lavage, même celui de la planche de bord. De même, la banquette arrière est pliable et une fois les sièges avant incliné on peut même obtenir deux couchages de fortune. Notons également que comme la Fiat doit être peu chère à l’achat et à entretenir, beaucoup de pièces sont interchangeables comme les contreportes pouvant aller à une portière gauche comme à droite. Si les Panda 30 (Italie) et 34 (France, Allemagne, Espagne) représentent le bas de gamme en supprimant le rétroviseur droit, l’essuie-glace arrière ou encore les appuie-têtes, en 1981 la Panda 45 est disponible avec un toit ouvrant en toile. Enfin terminons l’habitacle avec un gros point fort, et là encore merci la forme cubique du design : le coffre atteint 272l au minimum, plutôt très bien pour 3.40m de long !

Techniquement, la petite Fiat partage la philosophie de la 2CV ou de la Renault 4 et doit passer à peu près partout, elle est donc bien suspendue avec 4 roues indépendantes, et une garde au sol assez haute. Toutes les Panda à calandre asymétrique pèsent moins de 700 kg, possèdent des roues de 13″ et freinent grâce à des disques à l’avant et des tambours à l’arrière. On peut également ajouter que les 3 variantes ont une boite de vitesse manuelle à 4 rapports envoyant la puissance aux seules roues avant. Pour les motorisations, le bas de gamme Italien (et de quelques autres en tout début de commercialisation) est la 30, munie du bicylindre refroidi par air de la Fiat 126 de 660cc et développant 30 ch pour 115 km/h en pointe. A noter que c’est son radiateur à gauche qui oblige cette version à avoir la calandre inversée par rapport aux autres. Le « gros moteur », pour tout le monde, c’est la Panda 45 qui possède un 4 cylindres en ligne dérivé de celui de la Fiat 127, et cubant 900cc. Sa puissance est de… 45 ch et sa vitesse maxi est alors de 140 km/h, largement suffisant pour la petite Italienne croyez-moi ! Enfin en 1982, Seat fabrique pour l’Espagne la Fiat Panda 34, équivalent local de la 30, qui plait beaucoup en France et en Allemagne, donc qui y devient l’entrée de gamme également. Son moteur est tout bêtement le vieux 4 cylindres 850cm3 de la Fiat 850 qui avec ses 34 petits chevaux atteint 125 km/h. Toutes les Panda sont légères, vives et volontaires, ce ne sont pas des bêtes de course, mais elle sont fiables et saines dans leur comportement.

Je pense avoir fait le tour de ces Fiat Panda à la face avant si particulière. Cette Italienne est une voiture simple, attachante et qui ne manque pas de charme. C’est également grâce à la réussite de ces modèles 100% design Guigiaro que cette première génération de Panda a dépassé les 5 500 000 exemplaires vendus.

FIAT |||||||||▢

Fiat Panda

Fiat lance en 1980 sa citadine Panda, ici une 30 avec logo à droite, au style de boite à roulette et facile à vivre

Commentaires

Commenter ou répondre