QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
Italie - 1975-1982 - longueur : 3.813 m - ,

Lancia Beta Montecarlo

Pas plus bête qu'une autre !

- post du 25 Fév 2015 -

Au début des années 70, Fiat lance 2 projets de petites sportives à moteur central arrière : le X1/9 confié à Bertone et qui deviendra la… X1/9, et le X1/8, renommé rapidement X1/20 et confié lui à Pininfarina, et c’est celui-ci qui nous intéresse aujourd’hui. Présenté à Genève en 1975, il surprend tout le monde en n’arborant pas le blason Fiat, mais le Logo Lancia, propriété du groupe depuis 1969 et qui a besoin d’un nouveau souffle. Le coupé est nommé Beta Montecarlo, Beta pour l’associer plus facilement à sa nouvelle marque, et Montecarlo (tout accroché) pour surfer sur les succès en rallye.

La nouvelle Lancia n’a physiquement rien en commun avec le reste de la gamme Beta, Pininfarina joue à fond sur ce qui marche au moment du lancement avec un dessin tout en angles et beaucoup de plastique mat, dont la très réussie face avant, intégralement entourée de noir. Le capot est long, et l’arrière, abritant entre autre le moteur, court, avec un porte-à-faux réduit, rendant le tout très agressif. Entre la calandre et le bouclier arrière en plastique, une bande noire horizontale latérale sert de continuité. Les jantes un poil petites sont en 13″ et présentent elles aussi un dessin angulaire. La Montecarlo est disponible en coupé ou en « découvrable » dont le toit souple s’enlève et se cache dans le coffre. Le pavillon est continué latéralement par des parties de carrosseries descendant jusqu’à la poupe, sorte de custodes, ou d’ailettes car entre les deux, point de toit pour les relier, juste le capot moteur, plat, s’ouvrant de manière unilatérale assez spécifique. Si l’arrière à un petit air de DeLorean (Giugiaro, en a sûrement pris de la graine), l’avant a une identité indéniable avec cet encadrement plastique, et les optiques rectangulaires encadrant le gros logo Lancia. En 78, la série 2 change par petites touches : les roues passent en 14″, les custodes deviennent vitrées pour la visibilité, et le centre de la calandre devient de type Delta, en 2 parties. Il y a aussi le nom, Beta disparait, ne reste que Montecarlo. En tout cas, série 1 ou 2, la voiture est superbe et donne envie de voir ce qu’elle a dans le ventre.

Mais d’abord regardons l’intérieur. L’habitacle est spacieux pour les 2 personnes, et l’instrumentation et le design, moderne en 1975, manquent juste un peu de sportivité et de rigueur dans l’assemblage. Un intérieur cuir est disponible en option. On est assis très bas, ce qui est bon pour la conduite sportive, mais la voiture est également confortable et pour les week-ends en amoureux, sous le long museau avant, se cache un coffre de 200l, pas mal ! Bon l’équipement comme l’air conditionné est en option également, mais passons sur ces pingreries…

Le châssis ne présente aucune nouveauté majeure, la structure est une caisse autoporteuse et la voiture reste légère avec moins d’une tonne. La Montecarlo est une propulsion agile et joueuse, qui tient bien la route et pourrait encaisser plus de chevaux mais nous sommes en 75, après le choc pétrolier, donc il faudra se contenter du nouveau 2.0l Fiat en position centrale arrière, délivrant 120 ch en passant par une boite manuelle à 5 rapports. Même s’il y a de quoi s’amuser et prendre du plaisir, cela reste très modeste pour une sportive. Mais en même temps c’est un mal pour un bien car malgré ses 4 disques, autant le châssis peut suivre, autant les freins sont à la ramasse. Une série 1 freine peu, une série 2 ne freine pas du tout… Bon à savoir avant d’en prendre le volant, prévoyez large pour vous arrêter. Par contre, la mécanique est solide et l’entretien simple.

Nos amis Américains ont une version export de 75 à 77, avec phares ronds, traditionnels pare-chocs becs de canard, toutes « nos » options en série, et régulation oblige, 1800cm3 de 81 ch… Pour la sportivité on repassera. Ah j’oubliais, GM ayant les droit pour Montecarlo, elle s’appelle Scorpion là-bas, mais de toute façon c’est un bide.

La Beta Montecarlo reste un monument des années 70 à la ligne magnifique de petite berlinette et sa carrière s’arrête fin 81 /début 82. Si vous en voulez une aujourd’hui, attention, la rouille a fait son travail avec passion… de même, les pièces sont difficiles à trouver et très chères, et surtout pensez à améliorer, ne serait-ce qu’un peu, le freinage ;)

Lancia Beta Montecarlo

Ce modèle est une série 2, avec calandre différente et custodes vitrées

Commentaires

De : David le 27 Juin 2019 à 7 h 37

Quel élément de châssis partagé Beta et Montecarlo

De : s.c.a.b le 29 Juin 2019 à 11 h 36

Bonjour, déjà il y a une large gamme de beta différentes donc il faudrait préciser ;) Mais de toute façon pas grand chose, c’est plutôt avec la Fiat X1/9 qu’il y a des pièces en commun niveau châssis, suspensions, etc…

Commenter ou répondre