QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
Allemagne - 1996-2004 - longueur : 3.995 / 4.011 m - ,

Mercedes SLK (R170)

Ouvert, fermé, ouvert, fermé...

- post du 5 Jan 2016 -

Et voilà, 2016 est enfin là et on va fêter plusieurs anniversaires importants. Honneur aux jeunes pour commencer : cette année Zendaya fête ses 20 ans (spéciale dédicace aux parents dont les enfants regardent Disney Channel), tout comme la voiture qui nous intéresse aujourd’hui. Mercedes lance en 1996 SA réponse au renouveau du marché du roadster, mais en véritable précurseur, pas question de faire les choses simplement. La petite à l’étoile doit se démarquer et ne pas être un simple cabrio. Ainsi, relançant une vieille idée des années 30, la Mercedes SLK pour sportlich (sportive), leicht (légère) und kurz (et petite) est le premier Coupé-Cabriolet moderne, alors fêtons-le dignement.

Quand on regarde la SLK première génération, elle a indéniablement un fort lien de parenté avec les Mercedes de cette époque. D’ailleurs on pourrait même la qualifier de mini SL tant dans un format bien plus compact elle arrive à en garder l’élégance naturelle. Dans son allure générale, si le dynamisme est bien entendu présent, c’est la sobriété qui prédomine. Ainsi l’arrière est typique de la marque, avec une face verticales et des feux pyramidaux à tendance rouge dont une des face se retrouve sur le flanc de l’auto. Les côtés sans courbes exagérées ni fioritures marquent l’aspect statutaire fidèle à la marque, sans trop en faire. La différence de longueur entre le capot et le coffre de la SLK est idéale et le profil frôle l’équilibre parfait, aussi bien décapotée qu’en coupé. Ce toit baptisé Vario-Roof est extrêmement bien intégré à l’auto, laissant les proportions du « roadster » intactes, à la différence de tous les CC aux grosses fesses qui suivront chez les constructeurs généralistes… Pour terminer le design de l’auto, le capot gagne 2 petits bossages ajoutant de la nervosité, et la face avant de SL raccourcie est sympathique avec de jolis phares et une calandre rendant le tout « souriant ». Pour plus de sport il faut attendre la version musclée 32 AMG de 2001 et son (léger) survêtement. Notons qu’en 2000, la SLK profite d’un léger restylage touchant les bouclier et intégrant des rappels de clignotants aux rétroviseurs. Qu’elle que soit l’année ou la finition, cette Mercedes est une merveille d’équilibre et d’élégance.

A l’intérieur, retour du style Merco, pur et dur. Les strictes 2 places sont confortables et les finitions sont dignes des berlines Allemandes. Le cuir, le mobilier souvent coloré et l’équipement complet pour l’époque font parti du lot quotidien du conducteur de SLK, le tout dans un confort au dessus de la moyenne. Quant à la finition AMG, comme pour l’extérieur, le sport s’invite dans l’habitacle pour viriliser un ensemble un peu trop « tranquille ». Sièges baquets font leur apparition et les couleurs laissent place à plus d’austérité, les sportifs ne plaisantent pas apparemment. Pour ce qui est du coffre, toit en place vous pouvez facilement envisager une très grosse balade avec 348l. Une fois que le Vario-Roof range le toit en 2 parties dans la malle s’ouvrant, lors de l’action, dans le sens inverse, il reste 145l en dessous! Pas très loin d’une Fiat 500 en fait :) Un petit mot sur la sécurité, avec les 2 arceaux actifs protégeant les occupants en cas de tonneau.

Techniquement, le petit Coupé/Cabriolet utilise la plateforme éprouvée de la Class C de 1994. On se retrouve donc avec un châssis bien né et équilibré, mais surtout tourné vers le grand tourisme. La configuration de la SLK est traditionnelle, moteur avant et propulsion. Au lancement, plusieurs 4 cylindres sont disponibles, un 2.0l en version atmosphérique (136ch), et un 2.3l avec Kompressor (192ch). Au restylage, un version K de la SLK200 « de base », intermédiaire apparait (163ch), le 2.3l gagne 4ch et un V6 de 3.2l arrive enfin sous le capot de la Mercedes : en version « sage » SLK320 (218ch) ou dans la méchante SLK 32 AMG de 350ch pour 250km/h auto-limités et le 0 à 100 en 5.2″, là ça devient de la vraie sportive ! Pour les boites de vitesse, c’est du 5 rapports manuelle ou automatique, sauf sur la V6 qui bénéficie d’une vraie boite 6 et l’AMG avec sa Speedshift auto. Le poids reste raisonnable malgré le système du Vario-Roof, variant entre 1365 et 1420 kg.

En conclusion, la SLK type R170, AMG exclue, n’est pas une grande sportive extrême, mais c’est à la fois un coupé élégant et un charmant roadster. Cette voiture marque l’histoire du cabriolet à tout jamais. Son style de mini SL fait toujours mouche et la lignée est toujours en vie, même si la prochaine génération changera de nommage pour SLC.

Mercedes SLK (R170)

La Mercedes SLK : entrée de la marque dans le marché des roadsters compacts, une réussite esthétique indéniable

Commentaires

Commenter ou répondre