QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
France - 2014-2019 - longueur : 3.590 m - ,

Renault Twingo 3

La fille du feu

- post du 10 Déc 2014 -

Ah c’est certain, elles ont fait les belles, les Fiat 500, Opel Adam, le trio 108/C1/Aygo, voir la DS3, la petite Italienne s’autorisant même à jouer sur le terrain de la Mini avec des 500 L, 500 L Living, et 500 X, mais c’est fini, on ne rit plus, elle est de retour, la petite rebelle, la différente… On disait le dessin de la version 2 fade ? Pas de problème elle a tout changé. On la trouvait trop conventionnelle techniquement ? Elle a surpris tout le monde avec une architecture nouvelle. Elle ? C’est la Twingo 3 bien sûr.

Au niveau du style, les concepts Twin’z et Twin’run avaient largement ouvert la voie. On le savait, la Twingo 3 est un hommage à la Renault 5, surtout dans sa version Turbo et à la première Twingo, quitte à zapper complètement la génération intermédiaire. Et le dessin est très réussi. J’arrête tout de suite ceux qui se plaignent de la ressemblance à une Fiat 500, qu’ils aillent s’acheter des lunettes ! Cette Twingo nouvelle formule ne ressemble qu’à elle et à son ADN. De face, elle retrouve un air jovial comme la première génération, et quelques similitudes avec le restylage de la 2ème. Comme c’est de rigueur dans la gamme, le losange est énorme et traversé d’une arête qui peut être colorée suivant la personnalisation. Latéralement, avec ses 3.60m elle est très compacte, peu de porte-à-faux, les roues sont dans les coins et le reste c’est l’habitacle. Une ligne et différentes décos servent à galber les ailes, même si celles de l’arrière le sont naturellement. Le changement, ce sont les 5 portes, comme sa grande sœur Clio, d’ailleurs, également comme elle, elle camoufle ses poignées arrière dans le montant de custode, les vitres s’entrouvrant via un compas. L’arrière lui renvoie clairement vers la Renault 5, il offre une vue sur les ailes légèrement gonflées, le hayon intégralement vitré noir ajoute une touche sportive, surtout agrémenté de son petit spoiler. Les Twingo 3 adoptent un faux diffuseur et on attendra une véritable version sportive, peut-être pas RS, mais vraisemblablement GT pour retrouver encore plus de tonus.

A l’intérieur, la Twingo joue la carte fun, beaucoup de couleurs, des formes modernes, comme dans la Clio IV, mais en mieux finie. Tous les équipements du moments sont dispos en y mettant le prix, dont le système R-Link. Par contre, si la petite Française reste lumineuse et confortable, elle perd en modularité avec la fin des sièges coulissants à l’arrière, car sous le plancher à cet endroit, il y a désormais le moteur. Certes, tout bascule et on peut obtenir un plancher plat, mais ce n’est plus aussi pratique qu’avant. Le coffre arrière « sur » le moteur oscille entre 190 et 219l suivant l’inclinaison des sièges, et à l’avant, pas de rangement sous le capot.

Techniquement, cette nouvelle plateforme élaborée avec Daimler qui profite également aux nouvelles Smart est une réussite. Le moteur placé très bas offre un excellent centre de gravité, et l’auto se conduit « comme » une traction finalement, sans mauvaise surprise. Les deux moteurs 3 cylindres, atmo 1.0l de 70 ou turbo 900cc de 90 ch s’accommodent bien avec la voiture et on se met à rêver d’une version plus puissante, qui pourrait devenir très joueuse. Pas de diesel, poids contenu, émissions de CO2 réduites, c’est bien une citadine actuelle.

Pour terminer, je ne dirais qu’une chose : la Twingo est de retour et elle a tout changé pour gagner.

Renault Twingo 3

La petite Twingo a retrouvé sa bouille inimitable

Commentaires

De : s.c.a.b le 28 Jan 2019 à 9 h 26

La petite Twingo reçoit un restylage en 2019 pour devenir Nouvelle Twingo, à mon avis au désavantage de son capital sympathie. Je note donc l’arrêt de cette version pour 2019, même si la voiture continue avec son nouveau faciès.

Commenter ou répondre