QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
République Tchèque - 1975-1981 - longueur : 4.020 m - ,

Skoda 130 RS Cup

La Porsche de l'Est

- post du 20 Déc 2016 -

Chers amis, si vous pensez que Skoda s’est lancé dans le sport automobile avec ça, vous vous fourvoyez car c’est en fait une institution pour la marque, et les premiers engagements en compétition datent de 1901. En rallye comme sur circuit, le groupe compte plusieurs autos dont certaines sont devenues mythiques. Celle d’aujourd’hui est peut-être la plus célèbre de toute l’histoire de Skoda Motorsport, c’est la polyvalente 130 RS de la fin des années 70. La voiture de rallye dépassant nos 4.10m avec ses antibrouillards, nous allons nous concentrer sur la description de la version asphalte dite « Cup », engagée en Touring Car notamment.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le design de cette 130 RS ne laisse personne indifférent ! Pour revenir aux sources, il est basé sur celui du coupé 110 R abordé rapidement sur la page Facebook dans les autos « trop grandes » (ici même). Voyons ce qui choque le plus : c’est la vue latérale bien entendu. Ok, c’est une voiture avec moteur en porte-à-faux arrière, comme peut l’être une R8, une Porsche 911 ou une VW Coccinelle, mais pourtant notre Skoda n’a pas du tout le même équilibre que les 3 exemples cités. Au contraire, le capot avant est assez long mais l’emplacement des roues avant, minuscules, est très proche de l’habitacle. Ce dernier se poursuit via un pavillon fuyant jusqu’au bout de l’auto, alors que c’est une 2 places de compétition… Enfin les roues arrières sont placées de manière étrange, il reste beaucoup de carrosserie après, mais également avant ! En effet, entre la portière et le passage de roue, on aurait la place de mettre une autre porte… Vraiment très spécial, et il est aisé de comprendre que ce profil puisse être détesté. Personnellement c’est ce côté atypique qui m’attire. Mais il y a aussi la face avant qui me plait, avec ses gros phares ronds incrustés et placés bas, les voies élargies posant la 130 RS, la calandre de fortune grillagée, et l’imposant bas-volet de cette version Cup. Petits détails sur les côtés, des aérations dans les bas de caisse et le haut des ailes arrière pour faire souffler la mécanique. Cette dernière se cache donc sous la malle arrière remontant en spoiler façon queue de canard, tandis que les feux horizontaux surmontent une large bande de louvers verticaux. Et comme si ça ne suffisait pas pour l’excentricité, l’échappement refuse de rester dans son logement et vient longer le bouclier pour dégazer sur le côté droit. La 130 RS version Cup est étrangement dessinée, et c’est ça qui la rend attachante.

A l’intérieur, alors que les voitures de course actuelles sont « indescriptiblement » remplies d’un joyeux bazar de câblages, de boutons, d’écrans et d’arceaux à tout va; quel bonheur de regarder dans notre bonne vieille Skoda, qui date d’une époque ou l’électronique et la sécurité n’étaient pas encore parmi nous… Ainsi l’habitacle est plutôt classe, tout de noir vêtu, affichant son volant 3 branches et son combiné d’instrumentation traditionnel dans une ambiance austère presque de série. Même les sièges ne sont pas excessivement sportifs, c’est dire. Alors certes il y a bien un discret arceau bienvenu remplaçant notamment la banquette arrière, ainsi qu’un extincteur et quelques switchs, mais ce sont là les seules concessions aux règlementations. Une autre époque !

La 130 RS est l’aboutissement technique d’une volonté de la marque de rentrer dans les clous de la FIA, dans la classe compétitive des moins de 1300cc. Ainsi, l’auto reprend le train avant du monstrueux prototype 200 RS, la structure globale du coupé 110 R de série, et le train arrière est quant à lui inédit. Avec son différentiel autobloquant, ses micros roues de 13″ et son poids mini de 720 kg, le comportement routier est très précis et son surnom de Porsche de l’Est n’est pas usurpé. Le moteur qui propulse les roues arrière est placé derrière ces dernières, il s’agit d’un 4 cylindres en ligne à double carburateur Weber de 140 ch accouplé à une boite manuelle 4 rapports, permettant à la Skoda d’atteindre les 220 km/h en pointe.

Si en rallye la Skoda 130 RS décroche rapidement quelques victoires de classe remarquables, dont notamment un doublé au Monté-Carlo, pour notre Cup, il faut attendre 1981 pour la voir s’adjuger le championnat Européen des voitures de tourisme, l’ETCC, premier titre continental du constructeur Tchèque. Alors oui, la forme de cette voiture est singulière, oui ce n’est pas la voiture de course la plus connue, mais elle représente un véritable pan de l’histoire de Skoda, et fait encore aujourd’hui la fierté de la longue histoire d’amour entre la compétition et la marque.

Skoda 130 RS Cup

La Skoda 130 RS entretient la filiation avec la 110 R, mais avec son habit de compétition, elle se présente en dévoreuse de bitume

Commentaires

Commenter ou répondre