QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
Japon - 1982-1998 - longueur : 3.440 m - ,

Suzuki Samurai

La voie du samurai

- post du 22 Nov 2014 -

L’histoire du Suzuki Samuraï est assez complexe, il remplace le Jimny, et sera lui même remplacé par le… Jimny. Il porte plusieurs dénominations chiffrées (SJ410, puis SJ413) avant de se fixer sur le patronyme que l’on connait, et au tout début, il est même uniquement produit en Europe sous licence par Santana. Mais on va tout de même faire un rapide tour du propriétaire complètement non-exhaustif, parce que je l’aime et que j’ai envie d’en parler :)

Au premier regard on sait à quoi s’attendre avec un Samuraï : hauteur de caisse conséquente, ligne carrée dans tous les coins, protections tout autour de la caisse, phares ronds façon Jeep et même grille de calandre inspirée de l’Américaine sur les premières versions, roue de secours sur la porte arrière, gros pneus TT, souvent un pare-buffle, bref la total pour partir en excursion. Mais ça ne l’empêche pas d’avoir un look sympa, la cabine est équilibrée, surtout en découvrable avec son gros montant central. Avec le Hard-top c’est un peu plus lourd. De même les versions les plus récentes sont certes plus travaillées esthétiquement, mais elles perdent un peu le côté ludique de l’original. En tout cas, Suzuki a su lui créer un style et on le reconnait partout où l’on peut le trouver sur le globe, soit vraiment quasiment partout !!!!

Dedans, c’est un 4×4 pur et surtout dur ! Assis sur des sièges bout-de-bois, vous ne résisterez pas longtemps sur route normale, bonjour les lumbagos. L’équipement est inexistant, et de toute façon, écouter la radio avec l’absence d’insonorisation est une utopie. Un Samuraï, ça s’use dans les chemins et les montagnes, pas sur les autoroutes.

Le 4×4 est équipé sur les premiers SJ de moteurs 1000 ou 1300cm3 à carbu, peu puissants mais efficaces en grimpette. Plus tard, dans nos version Européennes, on a le droit à des 1.3l essence double arbre à came, plus valorisant, et même des 1.9 TD d’origine Renault. Difficile de parler de tous les blocs disponibles, cela varie d’un continent à l’autre et d’une année sur l’autre.

Comme prévu ce n’est qu’un rapide aperçu du Suzuki Samuraï, sa carrière est longue, continue encore dans certains pays, il diffère quasiment d’un modèle sur l’autre, mais il faut retenir une chose, pour crapahuter, c’est un des meilleurs et il ne déçoit jamais. Un Samuraï, c’est un art de vivre, comme peut l’être une Jeep de l’autre côté de l’Atlantique.

[PS : je dédicace cet article à ma mère qui, j’en suis certain, pense toujours à son SJ bleu et blanc)

Suzuki Samurai

Le Samuraï a petit à petit acquis quelques détails funs, comme les décorations

Commentaires

Commenter ou répondre