QUELQUES INFORMATIONS UTILES :
Allemagne - 2003-2005 - longueur : 4.089 m - ,

Volkswagen New Beetle Cabrio

La coccinelle (re)déploie ses ailes

- post du 17 Déc 2016 -

Sans vraiment détailler l’auto en question, on a déjà parlé dans pas mal d’articles de la vague Neo-Retro lancée par Volkswagen avec la New Beetle en 1998, et son succès planétaire à la clef. Donc il fallait bien que je l’aborde un jour, mais je connais bien la taille de Cox et je sais que nous devons nous arrêter en 2005, car le facelift opéré alors ajoute de la longueur aux pare-chocs et l’on dépasse nos 4.10m. J’ai réfléchi, et tant qu’à être limité, pourquoi ne pas se concentrer sur la version la plus désirable de toutes, vu que j’ai déjà traité la plus sportive de toutes ? Nous voici donc, 5 ans après le lancement de la petite compacte Volkswagen, en 2003, et découvrons ensemble la Volkswagen New Beetle Cabriolet !

Dès le début, la marque de Wolfsburg a tout bon avec le style de sa New Beetle. Bien ronde, mais avec quelques arêtes modernes, aux ailes ressortant de la carrosserie, avec ses gros phares ronds à l’avant et leurs homologues à l’arrière, elle a vraiment tout pour assumer son lourd héritage avec fierté. Plus grosse que son ancêtre, car basée sur une plateforme de Golf IV, la New Beetle est équilibrée et dégage une forte dose de sympathie. Pour la version cabriolet, il n’a pas vraiment été difficile de la rendre encore plus adorable. Débarrassée de son toit, avec le pare-brise stoppé juste là où il le faut, et de sans arceau disgracieux, son look est superbe. En fait, à part ceci, il n’y a aucune différence avec la berline. Les découpe des ouvrants restent les mêmes, les détails des jupes également. Bien sur, une fois ouverte il faut bien ranger la capote quelque-part et VW choisit de garder le style de la Cox en la posant simplement sur la malle, avec un couvre-capote en toile pour la protéger. Pas de CC, pas de panneau de carrosserie pour cacher quoi que ce soit, et si cela n’aide pas la visibilité vers l’arrière, niveau charme on fait difficilement mieux ! Une fois le toit remis en place, la New Beetle semble plus râblée, avec un petit air de speedster très agréable. Bref pour le chapitre style c’est 10/10 ! ;)

Montons à l’intérieur maintenant ! Premier constat, c’est assez austère, comme toute bonne Volkswagen qui se doit, mais la qualité de finition est plutôt au rendez-vous et l’équipement assez fourni dès l’entrée de gamme, avec la capote électrique et la climatisation (manuelle) pour n’en citer que deux. Bien sûr, il est possible de taper dans le haut du panier avec les versions Carat, ou tout est présent et où le cuir intégral égaie autant qu’il n’habille l’habitacle. Dans le positif, comptons également l’unique compteur rond rassemblant toutes les informations vitales du petit cabriolet. La messe est différente lorsque l’on aborde l’espace intérieur… Certes à l’avant, vous serez bien installé, quoique placé loin du pare-brise et donc de l’avant de l’auto, qu’il est impossible de voir depuis l’assise, mais ce sont surtout les passagers arrière qui feront grise mine. Déjà juste dans la berline, dans le cabrio la banquette est encore réduite, avec 2 places seulement et des espaces pour les coudes inexistants, car il faut bien prendre de la place pour le mécanisme de la capote… Idem pour les genoux, ils seront indéniablement coincés dans les sièges avant. Enfin le coffre : avec 200l le volume est presque correct, mais la forme de la malle et celle de l’ouverture ne faciliteront pas l’utilisation de chaque dm3 disponible… La New Beetle Cabriolet se vit plutôt à deux, et là vous aurez le sourire en permanence.

Mécaniquement, le cabriolet est solide. Il emprunte tout ou presque à la Golf IV, tout en étant plus fiable ! Les motorisations commencent par le petit 1400, 75 ch, qui est surtout là pour créer une entrée de gamme. Le sérieux commence avec le 1.6l 102 ch, sympathique, et surtout le gros 2.0l 115 ch dynamique et souple à bas régime. Notons que seul ce moteur peut accueillir une boite 4 automatique, sinon c’est manuelle 5 rapports pour tout le monde. Ah oui, hérésie du cabrio, il y a aussi un 1.9l TDi 105 ch, mais bon, on ne s’attarde pas dessus. Dès 2004, le roi de la fête devient le 1.8l Turbo qui offre 150 ch et des prestations presque sportives à notre New Beetle (202 km/h en pointe). D’autant que le châssis est bon et encaisse plutôt bien la puissance. Ferme mais bien suspendue, la Cox du futur est amusante à mener, agréable pour la balade et volontaire pour une petite montée en régime, le tout en enfilant les virages comme des perles malgré le poids dépassant 1300 kg pour un modèle 2.0 par exemple. Rassurante, la New Beetle Cabriolet ne vous décevra jamais.

2005, stop on arrête tout ! Volkswagen offre à la New Beetle un très léger restylage qui profite aux… boucliers, et l’auto dépasse désormais notre limite de taille. Notre cabriolet est un vrai plaisir, surtout à deux, et en 1.8T. S’en offrir un aujourd’hui n’est pas une mauvaise idée, les prix n’ont pas follement décollé, les autos sont solides si l’entretien est suivi (comme d’habitude), et le look est toujours aussi charmeur. Alors pourquoi pas ne pas penser à une New Beetle Cabriolet pour l’été prochain ? ;)

Volkswagen New Beetle Cabrio

Pourtant lancée 5 ans après la berline, le charme New Beetle opère toujours sur le cabriolet, si ce n'est plus !

Commentaires

Commenter ou répondre